•  

     

      A L'AUBE...

     Quelquefois ,mon amour ,je voudrais retenir ,

    Le fulgurant  éclat de l'instant  qui  s'efface

    Avant qu'il ne se perde au creux  du souvenir

    Comme l'oiseau de feu se dissout dans l'espace......

    Et je voudrais saisir , dans  le clair de tes yeux,

    La petite lueur  qui m'attire et m'enchante

    Selon l'humeur du jour ou de la couleur des cieux,

    Notre richesse  est là ,dans l'intime décor

    0u se nichent toujours,à l'essence du rêve ,

    De nos sens  irrigués par la méme sève.

    Au lent frémissement  de la terre en éveil ,

    J'écoute ton cœur battre  à l' écho de ma tempe

    Tandis que l'aube tresse un ruban de soleil ,

    Qui  se mêle au clin d' œil satiné  de la lampe...

     

    §elvi.

    Afficher l'image d'origine 

    selvi_5.gif 


    1 commentaire
  •  

    Image associée 

    Elle est une étincelle ,quand le feu est éteint

    Pour réveiller la flamme,bien plus vive au matin

    La voir tourbillonner ,comme un feu d'artifice ,

    et s'inventer un monde tout rempli de délices 

     Image associée

    L'espérance

     

    Elle fait d'un jour de pluie ,se lever l'arc en ciel

    éclairant la nature ,sourire du soleil

    pour retrouver courage ,de marcher sur sa route 

    En lui faisant confiance, qu'elle chasse les doutes 

     

    L’arc-en-ciel (poème d’Erwann) 

     

                                                                                                           L’arc-en-ciel      

     

                                                                     Le bleu de ses yeux, tel l’azur de l’océan,
                                                                       Où je pourrais nager des heures et rêver,
                                                                                  Le violet délicat des lavandes, l’été,                    
                                                                       Qui exhalent, comme elle, un parfum enivrant.  

                                                              Quand l’orange, que prend l’horizon, au levant,


    Berce, ainsi que sa voix, mon cœur et mes pensées,
    Le jaune du soleil s’amuse à s’inviter
    Dans ses doux cheveux qui s’envolent dans le vent.

     

                                                                     le vert de l’Irlande aux paysages somptueux,
                                                                               Lui, est jaloux de son visage merveilleux.
                                                             L’indigo, dites-vous? D’accord, je vous le laisse.

                                                                   Je n’en ai pas besoin, car je peux voir, aussi,
                                                                       Le rouge flamboyant de ces roses jolies,
                                                                 Aux pétales ornant son corps plein de tendresse.

                                                                                         Erwann Cadiou

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique